Archives du blog

1 MAI : en route vers Andasibe

Vers Manambato

C’est à nouveau 1 heure 30 de bateau qui nous ramène par les lacs et le canal vers Manambato. Cette fois il fait grand jour et nous sommes plus à même d’apprécier la beauté des paysages
C’est un miroir aquatique dont nous connaissons bien les rives maintenant

bordé de Pandanus

d’ « oreilles d’éléphant »

Nous croisons des pirogues de pêcheurs, silencieuses comparées au boucan de notre bateau

et des pièges à poissons en travers du canal

Le passage entre le canal et le lac Rasoabe est très ensablé et les piroguiers doivent descendre pour pousser le bateau. Dans un bateau que nous croisons, piroguiers et passagers descendent car sinon impossible de passer.
A Manambato, c’est Aurélien, responsable de l’agence Marao Madatouring, qui nous attend pour la fin du voyage. Nous déjeunons aux Accacias, sur la terrasse direct sur la plage

Vars Andasibe

Nous reprenons la fameuse piste mais cette fois les conditions sont nettement plus confortables (rappelez-vous la mauvaise surprise) et nous franchissons à nouveau cet incroyable pont

et même à pied derrière la voiture pour le voir de plus près

Puis nous prenons la direction de d’Antananarivo par Andasibé et la RN2
Nous faisons une pause fruit au village ou nous avions déjeuner à l’aller et pendant que Bodo, Aurélien

et Patrice achètent des fruits




je m’amuse de la quantité de choses qu’on peut trouver dans ces toutes petites boutiques que sont les épiceries locales

Nous repartons pour une route très sinueuse et de nombreuses montées et descentes que nous finissons de parcourir à la nuit tombée car c’est environ 3 heures de route entre Brickaville et Andasibe
Nous arrivons au Féony Ala juste à l’entrée de la réserve.

L’hôtel Féon’ny ala

Voici les bungalows du Féon’ny ala (« la voix de la forêt »). Ils sont au bord de la forêt.


et la vue depuis la mini terrasse du bungalow


Il y faisait un peu humide et frais mais c’était superbe car les bungalows sont entourés de belles fleurs et le lendemain, au lever, je n’ai pu résister à cette photo

Publicités

28 AVRIL : vers Akanyn’nofy (suite)

RN2 et Brickaville

Une petite heure de route nous conduit au dela de Brickaville à Mambato (« là ou ol y a des pierres »), où nous devons prendre un 4*4 pour faire 1/2 heure de piste
Quand nous entrons dans Brickaville, n’est le panneau, il m’aurait été impossible de comprendre que ce n’était pas un village comme tous ceux que nous venons de traverser car les maisons sont très traditionnelles de la cote est


Et tout a coup au bout de la petite route, j’aperçois un pont de fer qui domine les petites maisons traditionnelles : tradition et modernité.

Ce pont tout ce qu’il y a de plus moderne

mais qui me laisse un instant une vue sur l’imtemporel du paysage

Mauvaise surprise

Le « 4×4 » du Palmarium n’est qu’une infame bétaillère avec chauffeur et 2 places assises devant. C’est donc dans la bétaillère, assis sur des caisses retournées, que Patrice et les 2 petits feront la route : c’est long 1/2 heure ainsi !!!

Le 4x4 du Palmarium


Petit commentaire : là je commence à l’avoir mauvaise car le Palmarium est un endroit relativement onéreux, autant pour Madagsacar que en soi, et je pense que c’est du « foutage » de gueule que de traiter ainsi des clients ! Et ma façon de penser s’est dûment exprimée auprès de notre guide ce jour la ! Parenthèse close et suite des souvenirs

vers Akanyn’nofy

La piste est pittoresque à l’image du pont de bois

et nous croisons des travailleurs du charbon, ceux qui font bruler des arbres pour le transformer et vont faire des km avec ces lourds sacs sur les épaules

Nous arrivons au bout de la piste dans la partie de Manambato qui touche au lac. Un bateau nous attend qui fait la traversée jusqu’au Palmarium et nous embarquons sans tarder car nous allons probablement naviguer de nuit

Nous traversons le lac immense d’ou nous voyons la cote de Manambato

, puis un passage ensablé avant une bonne longueur de canal sur lequel nous croisons un seul pécheur (vu l’heure, ce n’est pas surprenant), puis un 2ème lac depuis lequel sur notre gauche nous distinguons les lumières de l’hôtel.
Les photos de ce périple seront dans le post sur le retour du « Nid de reve » vers Manambato car il faisait trop sombre ce jour la pour photographier quoi que ce soit
Le voyage a duré environ 1 h 30 et il fait nuit noire quand nous prenons pied sur le ponton. C’est à la lumière de 2 piles que nous franchissons les pontons pour atteindre la réception
Un cocktail de bienvenue (goyave et eau de source) nous est offert et on nous conduit à notre bungalow