Archives du blog

Les maisons de Madagascar

Je n’ai pas une vocation d’architecte mais il m’intéresse de connaître et de comprendre les lieux ou vivent ceux dont je vais traverser la région.

La maison de la Cote Est est en bois, soit en terre-plein soit sur pilotis. Il semble que l’architecture de cette région repose presque exclusivement sur le ravenala, réputé pour sa résistance à des feux de brousse à répétition. Il est employé sous 3 formes :

  • le raty pour la couverture (feuilles séchées sur l’arbre couvrent des chevrons liées par des lianes ou du raphia)
  • le falafa (pétioles secs) pour les parois (fendus en 2, ils sont embrochés sur des baguettes horizontales pour donner des panneaux muraux de 2 m de long maximum)
  • le rapaka pour le plancher surélevé (c’est le tronc en 2 tronçons de 2 m qui est coupé en 2, évidé et séché pour faire 4 planches

Tandis qu’une architecture de terre s’est développée dans les régions centrales. Dans des sites fortifiés l’habitat villageois a développé une architecture en pisé tandis que le bois restait un privilège. La multiplication des fours à briques a créé une révolution qui a débuté avec une construction urbaine de prestige avant de se diffuser dans les campagnes. La maison merina a souvent un ou deux étages, et un escalier extérieur très abrupt. Cette maison rurale associe souvent le pisé (argile latéritique montée par lit successif) à la base à la brique crue pour les étages. Les 2 matériaux étant perméables, les maisons ont souvent un enduit protecteur qui prend selon les localités, des teintes allant de l’ocre jaune (terre naturelle) au rouge de la latérite ou au blanc du kaolin. La brique cuite plus résistante a permis des reliefs et des décors.
L’entrée permet le stockage de matériel agricole et la pièce nord à stocker les vivres. Le silo a riz jadis creusé sur l’aire de battage, est maintenant sous l’abri d’un escalier à double volée. La cuisine, toujours orientée au sud est parfois à l’étage comme la chambre principale.

Publicités

C’est parti !

Mais non je suis encore en France ! Mais j’ai mes billets d’avion en poche alors maintenant c’est du réel, du concret, …

un, ou plutôt 4, billets électroniques :

RN7 et Hauts Plateaux

Cette RN7 qui existe en France et qui passe dans la ville ou je suis née, je la retrouve aussi en Belgique, au Luxembourg, au Maroc et en Afrique du Sud.
Mais celle qui m’intéresse est la route du Sud, axe routier le plus fréquenté des touristes, qui se déroule de la capitale de Madagascar à Tuléar …

Pour lire la suite

Pierrot Men = Madagascar en images

Je ne pense pas que je passerai à Fianarantsoa sans rendre visite à l’atelier de Pierrot Men avec peut être l’espoir de le rencontrer car je pense qu’il est à l’image de ses photos, chaleureux et humaniste.

Pierrot Men

Pierrot Men

Pour en découvrir plus sur Pierrot Men

Voir Tananarive autrement

Sous la caméra d’Arte, par les yeux de Daniel Rakotoseheno, dit Dany Bé, 77 ans, photographe qui vit à Antananarivo.
Excellente idée qu’a eue une équipe de télévision de filmer une balade en compagnie de Dany Be. Chez lui, où il conserve des trésors en images, dans un combat de coqs, à un match de rugby, avec des briquetiers, chez le dessinateur Doda, dans un « looks » (une gargote), ou aux urgences. La vraie vie !

Un nouveau livre

Un nouveau livre dans la bibliothèque : Vazahabe
Je viens de le commander et je vous le commenterai !

Deux sites pour apprendre la langue

Pour compléter mon premier billet sur le sujet, voici 2 sites pour en apprendre plus :

L’artisanat

L’artisanat malagasy est riche et varié, et il est toujours plus intéressant de faire ses achats dans les régions de production. Dans tous les cas le marchandage est de rigueur, la base des négociations pouvant raisonnablement démarrer à un tiers de moins que le prix initialement proposé.
Outre les objets en corne de zébu, les timbres et les tampons que j’ai déjà évoqués, il y a :

  • Les tissus nombreux et colorés. Regroupés sous le nom générique de lamba, les plus courants sont des cotonnades imprimées portant l’inscription d’un proverbe ou d’un dicton malagasy. Prédécoupées en pièces d’environ 2 x 1,5 m, elles sont utilisées comme châle ou comme pagne mais pourront aussi faire office de nappe ou de tenture à votre retour.
  • Les objets en vannerie (nattes, paniers, chapeaux,…), ou en cuir (sacs, sandales, ceintures…).
  • Plus originaux, les jouets en fer blanc, preuve du savoir-faire des artisans malagasy quant à l’imagination grâce auxquelles les vieilles boîtes de conserve se transforment en taxi-brousse et les bombes insecticides en 2 cv miniatures

La douane

Sont interdits

toutes les animaux protégés ou menacés d’extinction, sous forme vivante, morte ou transformés (vêtements ou objets) : tortue, grenouille rouge, boa, crocodile, caméléon, dugong dugong, lémurien, …
toutes les espèces florales protégés ou menacés d’extinction comme les orchidées, euphorbiacées, didiéracées, pachypodium, …
les antiquités, objets et documents anciens
tous les produits à base viande

Sont autorisés en quantités limitées par passager

Ar 400 000 de billets en monnaie locale ;
1 kg de bijoux poinçonnés pour les non-résidents sous réserve de présentation d’une déclaration de change correspondant à la valeur des bijoux ;
2 kg de vanille préparée (gousse, tressée) ;
5 kg de graines sèches (haricots, lentilles, pois du cap, etc.) ;
1 kg d’oignons ;
1 kg de poivre ;
1 kg de café ;
10 kg de poissons et fruits de mer (congelés, réfrigérés ou séchés) à concurrence de 2 kg par espèce, achetés auprès des établissements agréés.
les objets en bois travaillés doivent être accompagnés d’une facture d’achat donc réalisés par des artisans agréés. Les douaniers controlent et demandent pour tous bois précieux (ebene, bois de rose, palissandre ) des certificats d’achat à l’ONF de Madagascar en plus de la facture d’achat

Problème de douane francaise

les magnifiques marquetteries inspirées de BD, Tintin principalement, peuvent poser souci au retour en France, pour cause de droits d’auteur

Us et coutumes

Les fadys

La vie de tous les jours à Madagascar est régie par de nombreux fadys (tabous, interdits) et qui peuvent varier d’une région à l’autre.

Pour la suite de l’article