Archives du blog

19 Avril 2011 : Antsirabe

Aussitôt pris le petit déjeuner, nous partons pour une balade en pousse-pousse de près de 3 heures à travers la ville d’Antsirabe

ANTSIRABE : Balade en pousse pousse


Fabrication de pousse pousse et vélos miniatures

J’ai adoré cette première étape qui a permis aux petits de suivre très attentivement la création d’une roue entièrement avec des matériaux de récupération, roue destinée à équiper des vélos et des pousse pousse miniatures : du fil électrique, des boites de conserves, et même des tuyaux de goutte à goutte défectueux. Une petite merveille de dextérité..

Pour plus de détail,

    • la jante est faite dans l’alu d’une boite de conserve ou est taillée une bande de 12 cm par 0,5 cm

les miniatures à ANTSIRABE : découpe de la jante

    • Puis cette bande est mise en forme sur le haut d’une bouteille insecticide,

les miniatures à ANTSIRABE : mise en forme

    • La jante est soudée à la bougie avec un minuscule bout de plomb

les miniatures à ANTSIRABE : soudure

    • avant d’être égulièrement percée de trous

les miniatures à ANTSIRABE : perçage

    • Dans les trous est passé un fil à pêche passant par un moyen qui est un petit bout de ressort soigneusement maintenu en position centrale

les miniatures à ANTSIRABE : les rayons

    • Une longueur de tube de perfusion est soigneusement assujetti sur la « jante avec d’être peinte en noir pour faire le pneu

les miniatures à ANTSIRABE : le pneu

Ce qui donne ces miniatures

les miniatures à ANTSIRABE

Et voici mon petit achat plaisir

un pousse pousse miniature

Broderies

Tout aussi habiles que les jeunes hommes avec leurs vélos, les femmes de la famille brodent les scènes de la vie Malgache, en milliers de points en fils de couleurs sur une toile de coton (C’est une région de coton car la toile est produite à Antsirabe dans l’usine de la Socoma).

les brodeuses à ANTSIRABE


Le tour de la nappe comme dans le coin des serviettes sont souvent ourlées de jours.
Combien de points, combien d’heures pour réaliser ces ouvrages ?
Les motifs s’inspirent de la vie malgache :

le battage du riz

le pillage du riz

et une scène courante a Antsirabe, le pousse pousse

Chez Joseph

Je ne commenterai pas la visite chez Joseph car je n’apprécie pas la faconde un peu trop commerciale du personnage et surtout je n’ai pu observer aucun travail de lapidaire : A EVITER !

Les thermes

Un tour aux thermes

Les Thermes à ANTSIRABE

me permet de constater qu’on y soigne encore quelques malades et que la piscine est très appréciée, le tout encore en état de fonctionnement malgré une arrivée de l’eau chaude et une tuyauterie extérieures dans un environnement qu’on n’attend pas dans cet univers ! Il ne faut pas non plus confondre l’installation thermale avec l’hôtel du même nom !

Le marché

Nous faisons un tour dans le marché ou me seule précaution est de basculer mon sac devant moi

Le monument de l’indépendance

Un petit arrêt que je prolonge un peu pour prendre en photo le monument de l’indépendance.

Le monument de l'indépendance à ANTSIRABE


Dessus sont gravées chacune des 18 ethnies du peuple malgache.

Le monument de l'indépendance à ANTSIRABE : les ethnies


et sur un monument voisin, le chant national malgache

monument du chant national malgache à ANTSIRABE

Publicités

18 Avril 2011 : à ANTSIRABE, la corne de zébu

Fabrication d’objets en cornes de zébus

C’est à l’atelier des « trois frères » que nous avons suivi la fabrication d’un objet en corne de zébu. C’est un matériau à la fois souple et très solide. L’explication du travail en 7 étapes est clairement imagée par chacun nous faisant une petite démonstration.
Le brulage permet de séparer la corne de la partie interne

La corne de zébu à ANTSIRABE : brulage


La corne de zébu à ANTSIRABE : séparation


La scie et la serpe permettent de façonner

La corne de zébu à ANTSIRABE : à la scie


La corne de zébu à ANTSIRABE : à la serpe


la corne est passée au feu

La corne de zébu à ANTSIRABE : passage au feu


puis à l’eau

La corne de zébu à ANTSIRABE : passage à l'eau


pour l’assouplir et pouvoir ployer des parties

La corne de zébu à ANTSIRABE : courbures


Un ponçage à la meuleuse

La corne de zébu à ANTSIRABE : ponçage à la meuleuse


est terminé à la lime

La corne de zébu à ANTSIRABE : ponçage à la lime


Le bec est ouvert à la scie

La corne de zébu à ANTSIRABE : le bec


et les yeux percés avec une aiguille chauffée au rouge

La corne de zébu à ANTSIRABE : les yeux


La touche finale se fait avec un papier de verre trempé dans l’eau

La corne de zébu à ANTSIRABE : touche finale


Ce qui donne naissance à un oiseau dont nous ne verrons terminée que la tête, l’oiseau entier nécessitant 3 heures de travail.
La petite vente qui clôt la séance me permet d’acheter le petit oiseau, frère de celui de la démonstration ainsi que 2 petits colliers pour les enfants, le tout pour 24 000 Ar (environ 8,50 €)

Hôtel Hasina

Après cette journée aussi enrichissante que variée, nous avons bien mérité du repos
A l’hôtel Hasina, nous disposons d’une chambre confortable avec TV, salle d’eau individuelle, et ceci au cœur de la ville.. Nous entendons mais pas très avant dans la nuit le son d’un karaoke, car la fête se prépare : nous sommes à Pâques et une sorte de braderie qui dure plusieurs jours a lieu à cette période.

ANTSIRABE : Hotel Hasina


avec une décoration plutôt agréable
Le tableau est une vue de la ville qui représente la place de l’Indépendance avec le monument des ethnies et un pousse pousse
tandis qu’un pousse pousse en bambou trône au 1er étage

18 Avril 2011 : à ANTSIRABE, pousse-pousse et chez Marcel

Les pousse-pousse

Elle est célèbre pour ses pousse pousse qui rappellent les origines asiatiques de Madagascar ; ils sont des milliers à sillonner les rues de la ville, tous plus joliment décorés les uns que les autres. Ils se précipitent en implorant une course. Que ce travail est pénible, pieds nus sur le bitume brulant ou sous la pluie ou le froid !!!

Pousse-pousse à Antsirabe

Ils déboulent de partout et tout le temps. Ils n’existent qu’a Antsirabe, Ambositra ainsi qu’à Manakara, car à Fianarantsoa par exemple les pentes sont trop raides.
Ils n’ont pas qu’un intérêt touristique car ils sont un réel moyen de transport : passagers malgaches, marchandises de toutes sortes, …

Il faut savoir que les tireurs de pousse-pousse doivent louer leurs pousse pousse à la journée à un propriétaire qui a de 1 à 5 pousse pousse, Un pousse pousse coûte environ 10 000 Ar. Et il faut posséder une licence par pousse pousse.
Autre source d’amusement : l’éclairage pour les pousse pousse qui roulent de nuit étant obligatoire, on voit se balancer sous le véhicule une bougie abritée dans une bouteille d’Evian

La ville

ANTSIRABE


Située à 170 km de Tana, c’est une ancienne station thermale qui a gardé son cachet suranné de l’époque où on l’appelait « la vichy malgache ». Pour une ville de cette taille, c’est plutôt tranquille pour se balader. Et il est agréable d’aller manger dans un tout petit resto même s’il fait noir dans les rues le soir !
J’ai observé une abondance de mimosa qui – bien sur hémisphère sud oblige – ne sera en fleur que vers fin aout – septembre. Ce qui donne d’ailleurs lieu à un festival à Antsirabe
Nous passons près d’une usine laitière et d’une très grande piscine qui sont fermées depuis le départ de Ravalomanana

Fabrication de bonbons chez Marcel à l’entrée de la ville

Je n’aurai manqué pour rien au monde cette visite en particulier pour les 2 bambins qui nous accompagnent et qui observent avec autant d’attention que nous cette fabrication
Le sucre est fondu dans une marmite en aluminium, de celle dont on vu la fabrication à Ambatolampyquelques heures plus tôt.

Chez Marcel a ANTSIRABE : la fonte du sucre


Le sucre forme une pâte qui est versée dans un creuset

à laquelle sont ajoutés – selon le choix des petits – les parfums chocolat et citron.

Chez Marcel à ANTSIRABE : ajout des parfums


Les parfums sont mélangés à la spatule

Chez Marcel à ANTSIRABE : mélange des parfums


Et les artisans lui donnent la forme d’une « saucisse » continue de 1 cm de diamètre environ d’abord en la tirant a la main (ca brule !)

Chez Marcel à ANTSIRABE : tirer à la main


puis sur une tige de métal

Chez Marcel à ANTSIRABE : tirer sur une tige de métal


Cette « saucisse » est coupée soit au ciseau, et ca donne le « bonbon français », en forme de berlingot

Chez Marcel à ANTSIRABE : couper en bonbon francais


soit à l’aide d’une ficelle pendue au mur, et ca donne le « bonbon gasy » (prononcé gache) dont la forme ronde est obtenue en roulant les segments de pâte en boule à la main sur la plaque

Chez Marcel à ANTSIRABE : couper en bonbon gasy


Parfois aussi la saucisse passe entre 2 rouleaux qui donnent la forme aux bonbons

Chez Marcel à ANTSIRABE : passage aux rouleaux


et ils sont ensuite découpés avec un petit outil

Chez Marcel à ANTSIRABE : puis découpage


Et la fermeture des sacs se fait à la bougie

Chez Marcel à ANTSIRABE : fermeture à la bougie


Une poignée de bonbons gasy chocolat citron en cadeau avec la gentillesse du confiseur et nous manquons d’acheter le fond : 10 paquets pour 10 000 Ar (environ 3,5 €)

RN7 et Hauts Plateaux

Cette RN7 qui existe en France et qui passe dans la ville ou je suis née, je la retrouve aussi en Belgique, au Luxembourg, au Maroc et en Afrique du Sud.
Mais celle qui m’intéresse est la route du Sud, axe routier le plus fréquenté des touristes, qui se déroule de la capitale de Madagascar à Tuléar …

Pour lire la suite