Archives du blog

Les maisons de Madagascar

Je n’ai pas une vocation d’architecte mais il m’intéresse de connaître et de comprendre les lieux ou vivent ceux dont je vais traverser la région.

La maison de la Cote Est est en bois, soit en terre-plein soit sur pilotis. Il semble que l’architecture de cette région repose presque exclusivement sur le ravenala, réputé pour sa résistance à des feux de brousse à répétition. Il est employé sous 3 formes :

  • le raty pour la couverture (feuilles séchées sur l’arbre couvrent des chevrons liées par des lianes ou du raphia)
  • le falafa (pétioles secs) pour les parois (fendus en 2, ils sont embrochés sur des baguettes horizontales pour donner des panneaux muraux de 2 m de long maximum)
  • le rapaka pour le plancher surélevé (c’est le tronc en 2 tronçons de 2 m qui est coupé en 2, évidé et séché pour faire 4 planches

Tandis qu’une architecture de terre s’est développée dans les régions centrales. Dans des sites fortifiés l’habitat villageois a développé une architecture en pisé tandis que le bois restait un privilège. La multiplication des fours à briques a créé une révolution qui a débuté avec une construction urbaine de prestige avant de se diffuser dans les campagnes. La maison merina a souvent un ou deux étages, et un escalier extérieur très abrupt. Cette maison rurale associe souvent le pisé (argile latéritique montée par lit successif) à la base à la brique crue pour les étages. Les 2 matériaux étant perméables, les maisons ont souvent un enduit protecteur qui prend selon les localités, des teintes allant de l’ocre jaune (terre naturelle) au rouge de la latérite ou au blanc du kaolin. La brique cuite plus résistante a permis des reliefs et des décors.
L’entrée permet le stockage de matériel agricole et la pièce nord à stocker les vivres. Le silo a riz jadis creusé sur l’aire de battage, est maintenant sous l’abri d’un escalier à double volée. La cuisine, toujours orientée au sud est parfois à l’étage comme la chambre principale.

Publicités