Archives du blog

28 AVRIL : Mahanoro

Même titre de post oui mais … cette fois je vous emmène en balade dans cette ville notamment vers un phare que j’avais découvert dans mes pérégrinations d’avant-voyage sur internet.

La visite du chateau d’eau

Cette idée, je l’ai découverte dans le Guide du Routard, et depuis ce point, on découvre un superbe panorama
Nous décidons de prendre le pousse-pousse car c’est assez loin du centre-ville, de l’autre coté du pont

Il faut grimper un escalier naturel puis se faire une petite marche à travers une végétation luxuriante, et c’est la rencontre avec la gendarmerie nationale

puis le gardien du phare. Nous ne montons que sur la base en pierre car la partie fer me paraît manger par les termites et relativement instable

De la nous avons une superbe vue sur l’Océan Indien


Une autre petite marche et nous nous retrouvons près du chateau d’eau et d’un relais téléphonique.

De la, la vue s’offre à la fois sur l’Océan Indien

un pécheur sur l’océan


retour de peche


repli des filets et rangement des barques


et le canal des Pangalanes,

cache-cache à travers les herbes


des pecheurs sur le canal


ainsi que sur une partie de la ville

vue sur Mahanoro


J’ai l’occasion d’admirer et de m’exercer en photo !


Pour nous réconforter de ce périple pédestre, à un petit stand au pied de la descente

nous mangeons des beignets de manioc et nous reprenons le pousse-pousse pour rentrer

Publicités

26 AVRIL : deuxieme jour sur le canal des Pangalanes

Voici le récit du 2eme jour (celui du premier)

Nous nous levons avec le jour car l’humidité et l’inconfort de la nuit ne nous encourage pas à la grasse matinée. Et puis malgré une nuit à oublier, il reste la magie du canal à découvrir -;
Le petit déjeuner est correct grace à Bodo : café-thé, pain, beurre, … et surtout le jour qui se lève sur le canal

le jour se leve avec de la brume


et les oiseaux se découpent aux premiers rayons du solei


tandis qu'ici le soleil apporte ses couleurs


Le début de la balade permet de sécher les vêtements. C’est assez rigolo de voir toutes ces fringues pendues sous le toit de notre bateau comme autant de mini voiles 😉

Nosy Varika

Nous faisons un arrêt à Nosy Varika pour visiter et faire quelques achats (le désir du patron de « réparer » le repas d’hier soir)
Nosy Varika est une petite bourgade jadis couverte d’une épaisse forêt primaire qui abritait des lémuriens d’ou son nom qui signifie « l’ile aux lémuriens »

le port de Nosy Varika


Dans la rue principale qui va du canal au marché , je remarque

un restaurant


un poteau typique


puis nous arrivons sur le marché

Il y a beaucoup de poissons à vendre

et nous les regardons de près

avant de négocier les prix

les negociations ont elles été si dures !!!


Mais les négociations les plus difficiles échoient à Bodo : nous la chargeons de nous acheter les superbes crevettes qui nous font envie et évidemment notre peau blanche n’est pas passée inapercue. Elle réussit à les avoir pour 200 Ar les 15 (environ 75 cts), d’ou le temps que je trouvais très long et qui était le comptage des bestioles !
Sur le chemin du retour, je photographie pour leur plus grand plaisir 3 espiègles

et je m’arrête quelques instants pour regarder l’activité des femmes autour d’un puits commun, oeuvre de la Croix Rouge comme le dit le panneau.

le déjeuner sur le canal

Nous déjeunons sur le bateau. A Nosy Varika, le patron a acheté un poulet

qu’il plume sur le bateau sous un oeil très attentif

Bodo, excellente cuisinière, nous concocte un poulet au curry avec du riz bien sur.

la soirée sur le canal

Puis nous nous arrêtons vers 16 heures pour avoir le temps de s’installer. L’endroit est idyllique car nous sommes sur une langue de sable avec des sapins et un tapis de fleurs avec d’un coté le canal et de l’autre l’Océan Indien
Patrice prete main forte pour le montage

dans le fond le canal


tandis que je passe quelques instants au bord de l’ocean indien avec les petits. Incroyable un tel endroit, la plage magnifique mais surtout si totalement déserte

rien a gauche


rien a droite


Et les enfants après quelques instants d’observation tranquille

s’en donnent à coeur joie

course pour fuir l'ocean


course vers l'océan


ou bien encore

gymnastique


archeologie


Nous dinons de crevettes et de riz mais aussi de capitaines, autour d’un feu de bois. Notre déconvenue de la veille est presque oubliée. La nuit tombe, vers 6 heures, 1/2 heure après quelques gouttes et nous cavalons vers les tentes car la pluie commence à tomber brutalement.
L’orage va se déchaîner toute la nuit : éclairs, tonnerre et pluie diluvienne. J’avais simplement oublié que c’est un océan furieux et que même si la saison des cyclones est derrière nous, c’est un temps qui est plutôt connu dans la région.